Elle est l’une des seules à l’avoir vu, avec Noriko une Japonaise qui plonge ici depuis 10 mois et c’était son 1er requin marteau.

En fait, Laurent était occupé à aider son élève premier niveau à descendre plus profondément dans l’eau, Cécile attendait à 17 mètres au fond quand Noriko s’est mise à faire plein de signes et à s’agiter, allant vers un plongeur isolé que Cécile observait du coin de l’œil.
Noriko montrait du doigt la surface.

Cécile s’est retournée et a vu ce qui semblait être une petite embarcation, mais en y regardant mieux et aux mouvements de déplacements ...
C’était un requin en surface, assez costaud avec une forme rectangulaire au niveau de la gueule.
Ne sachant pas si l’agitation de Noriko était de la surprise ou de la peur pour le plongeur, comment devait réagir Cécile ?



Elle s’est alors arrêtée dans l’eau, les yeux tournés vers le requin et a observé son comportement, il semblait ne pas faire attention au groupe de plongeurs, elle s’est donc rapprochée ... (non pas du requin !) de son binôme pour essayer de lui montrer le beau poisson cartilagineux mais il avait déjà disparu...
Quelle chance car c’est pas tous les jours et les 8 autres plongeurs n’ont rien vu.

Lors de la deuxième plongée, Laurent ayant laissé son élève à bord car problème d’équilibrage de l’oreille, nous avons pu être ensemble pour observer le corail et les différents poissons.

Comme Cécile n’avait plus beaucoup d’air (90 bar) pour finir une plongée de 40 minutes, (ce qui n’est pas grave car dans ces cas là on remonte avant) Laurent lui a prêté son détendeur de secours et nous nous sommes promenés côte à côte.
En fin de plongée, lors du palier de sécurité (par rapport à l’azote dans le corps), nous avons vu une belle raie manta qui dansait devant nos yeux émerveillés, en fait elle se nourrit de plancton en ondulant sa nage de bas en haut.
Bref pour ses plongées, Cécile est gâtée, il ne lui reste plus qu’à nager avec des tortues et des dauphins... !



Pour une petite anecdote sur les requins :
au club la directrice et d’autres plongeurs ont rapporté des dents de requin trouvées dans les fonds sous-marins à un emplacement qui semble être un cimetière de requins.
On y trouve beaucoup de dents et de différentes tailles...
ainsi nous avons pu prendre dans nos mains une dent d’un requin préhistorique, ces fameux requins aussi gros qu’une baleine, qui pouvaient avaler une vache en une bouchée !...
La dent est impressionnante bien que polie par l’érosion.

Plus de plongées depuis, encore quelques rendez-vous et le temps nous a laissé là...

Nous en avons donc profité pour faire le tour des pontons et nous renseigner sur l’achat d’un voilier.
Nous avons visité le Céphée, navire en acier, lourd mais solide, qui vient de passer un an et demi en mer, un jeune couple parti de France qui venait d’arriver.
Nous avons fait connaissance et le lendemain soir on dînait à bord.
Des personnes chaleureuses et généreuses, un partage sur la mer, sur les projets, la vie et tout le tintouin...
Ca a failli nous emmener tard dans la nuit mais ici il est dur de veiller jusqu’à minuit, le soleil et la lune agissent fortement sur le rythme de sommeil des petits humains, alors retour à l’appart et dodo.
Une rencontre qui fait du bien à chacun même si la passation du Céphée reste un lointain projet.

Côté terre, triste nouvelle, les flammes ont ravagées l’appartement (situé au dessus du théâtre) de Max Darcis, metteur en scène que nous avons rencontré.
Le théâtre, l’Escarmouche, venait juste d’ouvrir, il est resté intact même si une fermeture temporaire est nécessaire pour dégâts... des eaux.
Etrange retour vers lui quand nous sommes passés quelques jours après, il a tout perdu, ses écrits, ses vêtements, ses souvenirs...

Juste quelques pages d’un livre qu’il a retrouvé quand nous sommes entrés dans l’appartement noirci.
Postface de La 5eme montagne de Paolo Cohelo qui disait en substance, s’inspirant de la Bible :
"Elie a tout perdu, ses souvenirs, tout ce qu’il avait sur terre, il s’en va appendre l’éphémère, à l’esprit que la vie ce sont ses yeux qui brillent et rien d’autre..."
Drôle de lecture me direz-vous en ce moment mais Max l’a trouvé comme un réconfort et tant mieux.
Les artistes se sont mobilisés, ci-joint la photo dans le journal, trouvez l’intruse...



Dans le théâtre Cécile a été sollicitée pour un casting urgent, dans le but de remplacer à pied levé une comédienne malade.
Si elle est prise c’est un énorme boulot car il s’agit d’un personnage déchu, qui vit avec des déchets, personnalisés par des marionnettes à tailles humaines
C’est donc le seul personnage humain, avec chansons, à but environnemental et le tout pour dans une semaine car 4 dates sont prévues (en brousse et à Nouméa).

Catherine, la metteur en scène et une des marionnettiste, l’a rencontrée deux fois pour des essais, le challenge reste grand et elle ne sait pas encore si elle va prendre une comédienne ou supprimer le personnage de « Rosemonde » pour les 4 dates.
Toujours est-il qu’elle a apprécié le boulot de Cécile et lui a dit qu’elle serait intéressée de toute façon pour travailler par la suite ensemble...

De son côté Laurent travaille sur l’élaboration de dossiers pour le club de plongée, des demandes de concession d’île et autres papiers administratifs.



Demain, samedi, puis dimanche, il donne à nouveau des cours de sauvetage en mer à plusieurs élèves.
Il a également rencontré des représentants de l’audiovisuel à Nouméa en tant que chef coiffeur perruquier dans le but d’organiser des stages professionnels, du coup la mission lui a été donnée de contacter Antoine de Caunes en France pour qu’il parraine le festival de cinéma de Nouvelle Calédonie cet été.
C’est drôle quand même ... tout se recoupe.



Le temps s’est un peu levé, nous allons entrer dans la saison chaude des cyclones, et la pluie a fait son apparition il y a quelques jours.

Nous écoutons chaque soir le journal télévisé et espérons que tout va bien pour vous, surtout avec les violences actuelles en Ile de France.

Au fait, vous avez été peu nombreux à participer au jeu de la photo mystère...
Bon alors l’intrus sur les photos, ce n’était pas une personne ni un coquillage, mais mon nez en gros plan suite à un sérieux coup de soleil en travaillant en mer sans avoir eu le temps de mettre de protection...... Ahahah....
Attention au soleil....................

Uxar



Pour accéder au Chapitre suivant dans l’ordre Chronologique, cliquez ici :

11/11/05 Rosemonde



Retrouvez Uxar Carnets de Voyages édité sous forme de livres et d'ebooks disponibles sur la librairie de vente en ligne sécurisée TheBookEdition.com
Plus d'infos en cliquant ici